ASSM PFASTATT  68

AL LONS  80

On savait bien que la déjà longue série sans défaite des matches contre Lons à Pfastatt allait bien finir par s’arrêter un jour. Que cela se produise hier soir dans ce match en retard de la 12e journée ne constitue donc finalement qu’une péripétie. Mais que les “bleus” livrent une aussi pâle production, dans la lignée de certaines de leurs décevantes sorties à l’extérieur, voilà une réelle et mauvaise surprise. Le public, lui, ne s’y est pas trompé. Il faut remonter bien loin en arrière dans les annales de l’ASSM pour trouver trace d’un match où les supporteurs des “bleus” ont manifesté leur mécontentement. Cette défaite élimine définitivement notre équipe de la course au titre. Et puis, elle ne rend pas service à nos voisins, Richwiller et Illfurth qui n’ont pas dû être très heureux samedi soir à l’annonce de la victoire lédonnienne. Une équipe de Lons le Saunier qui a amplement mérité son succès et qui en quinze jours vient pratiquement d’assurer son maintien. Quant à l’ASSM, elle devrait tirer une leçon de cette soirée cauchemardesque : on ne peut pas prétendre gagner un match quand on n’y consacre pas les efforts nécessaires. Une situation inédite à Pfastatt.

Notre photo : il n’avait jamais gagné en sept rencontres à Pfastatt. Pour Mathias Jacob – le seul rescapé lédonien de la première confrontation en 1999 – la 8e fois fut la bonne. De surcroît, le meneur de jeu de l’ALL, ci-dessus face à Arnaud Schlaeder, fut l’un des artisans d’un succès ô combien précieux. (Photo Jean-Laurent SOLTNER).

A plus d’une reprise – la dernière en date remonte au match 14 en mars dernier – l’ALL fut bien près de s’imposer à la poly. Il n’était donc que justice que l’heure d’une première victoire sonnât enfin. Ce succès lédonien ne souffre d’aucune discussion. Il récompense une équipe décidée à se battre pour l’obtenir et qui sut trouver, à tour de rôle, des joueurs capables de porter le groupe vers l’exploit. On pense à Badian (deux paniers primés d’entrée), Fidèle (quatre points en 3′), Martin (une série de 21 points en un quart d’heure), Jacob (on ne l’avait jamais vu aussi efficace à Pfastatt) et Pladys (précieux aux lancers-francs).

Si on était de mauvaise foi, on pourrait ergoter sur la pluie de fautes qui pénalisèrent les “bleus” et offrirent 15 lancers de plus aux Jurassiens. Notamment dans le dernier quart où l’ALL inscrivit, sur la ligne, plus de la moitié de ses points. Mais, contrairement aux “bleus”, les Lédoniens se montrèrent adroits dans cet exercice. Alors, fermons cette parenthèse plutôt malvenue tant le résultat de ce match est d’une implacable logique.

Ce n’est pas la première fois que l’ASSM s’incline à domicile, en 11 saisons de championnat de France, même si cela ne s’est pas souvent produit en Nationale 3. En revanche, du moins à la “poly”, les “bleus” nous avaient habitués à se battre durant 40′ et cela même en N2. A ce titre, ils avaient acquis l’estime de leurs fidèles supporteurs. Rien de tout cela hier soir. L’équipe pfastattoise a livré une partie indigne de son standing. Mais, surtout, elle n’a pas fourni les efforts nécessaires pour espérer gagner un match. D’où ce mécontentement qui gagna les gradins de la poly. Une première à Pfastatt.

Résultat : avec désormais 5 défaites au compteur, l’ASSM peut dire adieu au titre. Certes, mathématiquement, il reste une chance. Mais y croire relèverait de l’utopie. Il convient d’être réaliste : en 2010/11, les “bleus” effectueront leur 10e parcours en N3 pour une 12e saison au niveau national (à noter d’ailleurs que le premier match en septembre prochain sera le 250e de l’histoire du club en championnat de France).  Samedi, Saint-Dié-des-Vosges viendra à la poly dans ce qui aurait pu être le choc au sommet. Cela ne sera évidemment plus le cas. Il ne reste qu’à espérer que les “bleus” montreront un tout autre visage. Indispensable pour éviter que leur fin de championnat ne tourne au ridicule.

Enfin, à tout seigneur tout honneur. Saluons comme elle le mérite cette belle victoire de nos amis lédoniens. Rien qu’à voir la tête des Alexis, Eric, Alain à la fin du match on a pu mesurer la joie que peut procurer une performance aussi longtemps attendue. Et qui de surcroît arrive au moment où le club en avait le plus besoin. Il ne reste à l’ALL qu’à finir le travail pour prolonger son bail en N3. La moindre des choses, me direz-vous, pour une équipe qui, au départ, visait, comme l’ASSM, la montée en N2 !

LA FICHE TECHNIQUE

ASSM PFASTATT – AL LONS LE SAUNIER 68-80.- Les quarts-temps : 20-16, 11-16 (31-32), 18-25 (49-57), 19-23. 250 spectateurs. Arbitres : MM. Staudt et Rezaire.

ASSM : 25 paniers sur 59 tirs (42%), dont 6 sur 23 (26%) à trois points, 12 LF sur 22 (55%), 30 fautes, Boudjeddou (40e’) et Schlaeder (40e’) éliminés, 20 pertes de balle. Gitta 19 (4+1+6+8), Di Marzio 13 (1+7+3+2), Schlaeder 11 (3+0+8+0), Garnier 10 (10+0+0+0), Jovicic 4 (2+0+0+2) puis Boudjeddou 4 (0+0+0+4), Schneider 3 (0+0+0+3), Werner 3 (0+3+0+0), Boughedir 1 (0+0+1+0), Willig 0.

ALL : 23 paniers sur 58 tirs (40%) dont 5 sur 20 (25%) à trois points, 29 LF sur 37 (78%), 20 fautes, 14 pertes de balle. Jacob 18 (0+5+6+7), Badian 18 (6+0+5+7), Fidèle 8 (4+2+2+0), Germain 7 (4+0+1+2), Pladys 5 (0+0+0+5), puis Martin 23 (2+8+11+2), Cramer 1 (0+1+0+0), Moureau 0, Janod 0.

Entre parenthèses, les points marqués quart-temps par quart-temps.