Deuxième volet de la série des finales de l’ASSM en Coupe du Haut-Rhin avec la défaite, en 1998, face à Illfurth IV (107-110) qui, au coup d’envoi, avait bénéficié d’un bonus de… 47 points !

ASSM PFASTATT     107

CCSM ILLFURTH (+47)  110

Nous voilà donc en 1998. Le “Doc” et son équipe viennent de fêter un 2e titre et une 2e accession de rang. Championne d’Alsace de Promotion d’Excellence régionale, l’ASSM accède, pour la première fois de son histoire, au plus haut niveau régional. Il ne reste qu’une étape à franchir pour réaliser le grand chelem : remporter la Coupe du Haut-Rhin, 14 ans après le premier triomphe en 1984 (voir notre précédent article).

Oui, mais voilà que se dresse sur la route des “bleus” un obstacle de taille. Il y a d’abord le problème du bonus, enfin plutôt du handicap vu sous l’angle pfastattois. En effet, au coup d’envoi d’une rencontre qui sera dirigée par Mlle Naas et M. Parenteau, l’ASSM compte un retard de… 47 points. Cet écart n’aurait probablement pas constitué un handicap insurmontable si l’adversaire avait été une équipe du niveau où elle évoluait. Mais tel n’était pas le cas d’Illfurth IV. Une formation engagée au plus petit niveau départemental mais qui comptait dans ses rangs quelques éléments qui auraient pu jouer en… championnat de France avec l’équipe une.

LE QUATUOR KIRSCHER-WOLF-EBERLIN-FUTSCH

On allait vite le vérifier. Le quatuor Kirscher (29 points), Dominique Wolf (15), Jean Eberlin (12), Serge Futsch confirma d’entrée que Philippe Scholastique et ses coéquipiers devront “souker” ferme s’ils voulaient remporter cette Coupe.  Mais “Scho” n’était pas en grande forme et même l’adresse de Bertrand Stuber (22 points en 1ère mi-temps) ne suffirent pas à une ASSM encore menée de 37 points (38-75) à 6′ de la mi-temps. Pourtant, au repos, l’écart avait rétréci : 63-82.

On se disait alors que la messe était dite pour les Illfurthois. Mais les bougres avaient des ressources et les “bleus”, à l’image d’un Mathieu Gitta alternant le meilleur et le pire, effectuèrent un début de 2e mi-temps catastrophique : pas un seul panier en 6′ de jeu ! Voilà le CCSM – avec dans ses rangs un certain Christophe Schweitzer, l’actuel (et sympathique) président – reparti de plus belle : 63-90.

97-100 à 3′ DE LA FIN !

On n’était pas au bout de nos surprises. Ce fut au tour des visiteurs de connaître un sérieux passage à vide au point d’encaisser un 34-10. A 2’56” du buzzer, l’ASSM était revenue à 97-100. A ce moment-là, Illfurth était K.-O. debout et pour tout le public de salle Mermoz à Wittelsheim – y compris la forte cohorte de supporteurs du CCSM – l’affaire ne faisait plus aucun doute, Pfastatt allait s”‘imposer au finish.

Erreur. 2′ plus tard, les “verts” avaient repris des couleurs (98-108) malgré une très grande maladresse aux lancers-francs (19 sur… 40 !). Pour que le scénario soit digne d’un film de Hitchcok, l’ASSM réussit un ultime sursaut pour rater de justesse la… prolongation.  107-110 : les “‘anciens” d’Illfurth pouvaient fêter un titre qu’ils n’avaient pas volé. Mais que c’est dur de gagner un match avec un handicap de 47 points !

Les points pour l’ASSM : Gitta 32, Stuber 24, Scholastique 19, Ramel 13, Pelser 13, Reinhardt 4, Abisur 2.