La série des confrontations entre Pfastattois et Lédoniens a commencé en décembre 1998. Avec une rencontre de Coupe de France. Retour sur cette première entre l’ASSM et l’ALL.

Notre photo : Franck Wurtz, un excellent défenseur, fut l’un des artisans de la victoire de l’ASSM sur Lons en Coupe de France. (Photo archives).

C’est donc le 11 décembre 1998 que les chemins des “bleus” et des “rouges” se croisent pour la première fois. Les Lédoniens évoluent en N3 depuis un bon moment, alors que les Pfastattois, qui viennent d’accéder en Excellence régionale – l’actuelle Pré-Nationale -sont sur le chemin qui va les conduire en championnat de France. L’affiche, à la poly, compte pour le 6e tour de la Coupe de France où l’ASSM brille depuis l’arrivée de Roland André, alias le “Doc”.

QUEL FINAL A… LIZY SUR OURCQ

Commençons par ouvrir le livre aux souvenirs. Les “bleus” n’avaient encore jamais atteint ce stade de la Coupe puisque les deux saisons précédentes leur aventure s’acheva au 5e tour avec des défaites face à Pont-de-Trambouze (88-95) en 97 et Gries/Oberhoffen (98-103) en 98. Mais, dans cette édition 98/99, la baraka est avec l’ASSM. Ainsi dans le 4e tour – entrée en lice des équipes d’élite régionale – le Doc et son équipe s’imposent-ils de justesse à Bitche (105-111 ap). Mais que dire du match suivant à… Lizy sur Ourcq (Seine et Marne) ? Lorsqu’à 2 secondes de la fin, les locaux égalisent, le public jubile, il va assister à des prolongations. Survient, alors, un final irréaliste. Sur le panier marqué par les Lizéens (merci Wikipédia), Franck Wurtz effectue une remise en jeu de près de 25 m. Scholastique, à l’autre bout du terrain, réceptionne la balle et marque. C’est gagné, croit-on dans le camp pfastattois. Erreur. Pour je ne sais quelle raison, les arbitres annulent cette action. On recommence. Et l’inimaginable se produit. Même remise en jeu, du même Franck Wurtz, même réception et même réussite de “Scho”. Cette fois, le panier est validé et l’ASSM l’emporte 110-112.

MATHIEU GITTA DECISIF…

Pour le compte du 6e tour, l’ASSM affronte donc Lons le Saunier, sociétaire de la N3. Dans le camp pfastattois, on rêve à un nouvel exploit. La tâche sera facilitée car les Lédoniens ne viennent qu’avec six joueurs, dont l’entraîneur Ginestet. Pourtant, ce n’est non sans mal que les “bleus” vont l’emporter. A égalité après 9′ de jeu (22-22), c’est l’entrée en jeu de Mathieu Gitta qui sera à l’origine d’un 12-0 qui mettra son équipe sur la bonne orbite. A 85-69 (34e’), on pense la partie pliée. Mais Jeanguiot et Agnès, les deux intérieurs de l’ALL, sont intenables et l’ASSM souffre en fin de match. Finalement, la victoire sera au bout (100-93). Un écart de 7 points qui correspond exactement au bonus initial accordé aux “bleus” en raison de la différence hiérarchique d’une division.

Grâce à l’ami Paulo, nous avons retrouvé les marqueurs de cette rencontre.

ASSM : Pelser 18, F. Wurtz 12, Scholastique 8, Ramel 8, Stuber 0 puis Gitta 21, Naas 11, Schaerrer 9, Reinhardt 6, Ph. Hanser 0.

ALL : Jeanguiot 30, Agnès 23, Drugeon 18, Bossart 17, Lacroix 6 puis Ginestet 9.

Dans cette Coupe de France 98/99, les “bleus” se hisseront jusque dans le 8e tour. Après une 4e victoire – de justesse sur Saint-Dié (100-97) – ils succomberont les armes à la main à Charleville-Mézières (106-100), autre équipe de N3 alors sur le chemin qui la mènera jusqu’en Pro B.

Fin du chapitre 1.