En 2000, l’ASSM aborde sa 2e saison en N3 avec sérénité. Mais, rapidement, les résultats ne répondent pas à l’attente. La faute à la blessure de Mathieu Gitta, absent depuis plusieurs mois, et à un recrutement raté. Du coup, il ne faut pas s’étonner si les “bleus” concèdent à Lons la première défaite de leurs “face à face” avec l’ALL. Pire qu’une défaite, ce sera une raclée (102-80) !

Notre photo : les 21 points de Philippe Scholastique n’ont pas suffi aux “bleus” pour éviter une déroute à Lons. (Photo archives)

En recrutant Pascal Ahissou, un meneur, et Philippe Hoffmann, le meilleur scoreur à Zillisheim, Roland André pensait avoir bien complété son groupe. Certes, les “bleus” ne pouvaient toujours pas compter sur Mathieu Gitta, toujours en rééducation après sa grave blessure du printemps 2000 (rupture des ligaments croisés du genou). Mais le succès d’entrée sur Colmar, le relégué de N2, suscitait pas mal d’espoirs.

Des espoirs qui vont vite s’envoler. Dès le premier déplacement, l’ASSM chute lourdement à Rosheim (76-61). Autant que l’écart, c’est la manière qui inquiète. Après avoir difficilement battu Quincié (113-110), les “bleus” se rendent à Lons. Le test est d’importance car l’ALL, cette saison-là, nourrit, à juste titre, des ambitions élevées. La note sera salée : 102-80. -37 en deux matches à l’extérieur, il y a le feu dans la maison bleue ! A tel point que le “Doc” ne mâche pas ses mots au retour de la Préfecture du Jura : “Indiscutablement, cette défaite constitue une contre performance, une grosse déception. La défaite certes, la manière non. Nous connaissons les raisons du mal, à nous de les traiter. Je vais conclure sur une note d’espoir : puisse la rentrée de Mathieu Gitta nous apporter ce bol d’air qui nous fait, cruellement, défaut.” (DNA du 24/10/2000).

Pourtant, durant une mi-temps, on se mit, dans le camp pfastattois, à croire à nouveau succès en terre lédonienne.  Les “bleus” ne possédaient-ils pas une petite avance au repos (42-45) ? Hélas, la reprise allait virer au cauchemar. L’ALL signa un… 29-5 (!) qui enleva tout suspense à une rencontre à sens unique durant cette 2e période.

La fiche du match aller :

ALL : Hyenne 19, Drugeon 18, Sacco 16, Agnès 13, Jacob 12, S. Bossart 7, Jeanguiot 6, Paput 5, V. Bossart 4, Vuillaume 2.

ASSM : Scholastique 21, Pelser 20, Thierry 13, Ahissou 11,  Abisur 6, B. Hanser 6, Naas 2, Haas 1, Iuliano 0, Hoffmann 0.

Le match retour se présente à un moment charnière. Quinze jours auparavant, l’ASSM avait touché le fond en s’inclinant à domicile devant Rosheim (97-100). Une 7e défaite en 13 matches qui la faisait glisser dans les profondeurs du classement. Une situation inédite à Pfastatt depuis l’arrivée du “Doc”. Conséquences : Francis Hoffmann avait démissionné dès la fin de l’année 2000 et Pascal Ahissou en fit de même après la défaite contre Rosheim. Le déclic des “bleus” arriva au moment où l’on ne s’y attendait pas. Avec une victoire à Quincié en Beaujolais (84-94).

Huit jours plus tard, voilà la venue de Lons à la poly. Les Lédoniens sont à la lutte avec Poligny pour l’accession en N2. Battus à deux reprises par leur voisin jurassien, ils se trouvent dans l’obligation de remporter leur première victoire à Pfastatt. Le match sera épique. C’est à un véritable bras de fer qu’assiste le nombreux public de la poly. Poussé par un speaker déchaîné, les supporteurs des “bleus” vont jouer à fond leur rôle de 6e homme. Dans ce véritable chaudron, l’ALL finira par craquer. A l’ASSM, c’est le collectif – sept joueurs à 13 points et plus – qui fera la décision.

Sur la lancée de cette victoire, le “Doc” et son équipe finiront très fort : huit victoires lors des neuf derniers matches. En revanche, cette défaite privera Lons, battu au panier-average particulier par Poligny, de l’accession. Plus jamais, à ce jour, l’ALL ne se retrouvera aussi proche de la N2.

La fiche du match retour :

ASSM : Thierry 20, Pelser 17, Naas 16, Scholastique 15, Gitta 14, Gal 14, B. Hanser 13, Abisur 0, Boulhadid 0.

ALL : Sacco 27, Agnès 18, Hyenne 17, Jacob 12, Jeanguiot 4, Vuillaume 10, Paput 5, Bourgeois 4, Drugeon 0.