L’ASSM nettement battue à Lons : 89-78

16 octobre 2010    Catégorie(s) : Matchs Imprimer. Imprimer.

En concédant sa 2e défaite en cinq matches, l’ASSM rentre dans le rang. A Lons, les “bleus” ont été à la traîne tout au long de la rencontre. Et si à la mi-temps (43-42) l’espoir était revenu dans le camp pfastattois, il fallut assez rapidement déchanter. Hier soir, le plus fort était bel et bien l’ALL ! Avec cette 2e victoire de rang dans la série des confrontations entre les deux équipes, les Jurassiens signent une nouvelle première. Les voilà totalement relancés dans la course au titre.

Notre photo : les 26 points de Cédric Garnier n’ont pas suffi hier soir à Lons. La faute à trop de joueurs défaillants chez les “bleus” et… à une très bonne équipe de l’ALL. (Photo archives Jean-Paul Domb “L’Alsace”).

Nous ne sommes pas en possession d’assez d’éléments pour faire un commentaire détaillé sur cette rencontre. Mais, une première impression, nos craintes, émises avant le match, se sont vérifiées fondées. Bien évidemment, perdre à Lons, avec une ALL redevenue conquérante, n’a rien de déshonorant. Plus inquiétant, dans le dernier quart notre équipe semblait à la dérive. A 77-67 et six minutes à jouer, la menace d’une très lourde défaite planait sur les “bleus”. L’écart allait grimper jusqu’à 15 points (89-74) et, au final, il y a tout de monde une différence de 11 points. Dans le basket actuel, c’est beaucoup.

Nos regrets viennent essentiellement de cette forme d’impuissance constatée dans les grands chocs. Chez le FCM, les “bleus” n’ont pas été en mesure ni de gérer une avance de 12 points (bon, cela est déjà arrivé aux plus grandes équipes) ni de résister dans un money time totalement raté (ça c’est plus grave). A Lons, notre équipe se montra incapable de jouer “les yeux dans les yeux” avec son adversaire dans les 3e et 4e quarts. Là où la décision s’est faite. Regrettable.

Alors, c’est grave Docteur ? Non, dans la mesure où il reste 17 matches avec la perspective de bien des rebondissements. Oui, si l’on considère que notre équipe, formatée pour la montée en N2, n’arrive pas à concrétiser son potentiel. Pour atteindre cet objectif après lequel elle court depuis trois ans désormais, l’ASSM doit absolument pouvoir compter sur la totalité de ces joueurs à leur meilleur niveau… ENSEMBLE !

Une illustration : au Palais des Sports, il y a quinze jours, Cédric Garnier se montra assez terne avec notamment une adresse défaillante malgré une entame réussie. Là, c’est sur Julien Invernizzi d’abord et Pathé Yatera ensuite que les “bleus” purent compter pour faire illusion. A Lons, scénario inverse. Au moment où Cédric Garnier (26 points) retrouve son efficacité offensive, voilà certains de ses coéquipiers qui sont en panne. Avec un secteur intérieur limité à 21 points – contre 43 à l’adversaire – il n’est pas possible de battre l’ALL chez elle. C’est aussi simple que cela.

Une note d’espoir avant de conclure. Deux matches de suite à domicile – Besac’RC le 23 puis Jura Dolois le 30 – attendent les “bleus”. Tout en se méfiant de deux équipes qui ont besoin de points et qui ne viendront pas à la poly en victimes expiatoires, il faudra profiter de ce programme pour se refaire une santé. Mais, surtout, pour trouver la solution afin que le potentiel de ce groupe soit exploité à son maximum. Il y va de l’avenir de notre équipe dans ce championnat 2010/11.

Enfin, il convient de saluer comme il se doit le renouveau de Lons. Dans le passé, plus d’une fois, cette équipe a manqué de réussite face à l’ASSM. Cette belle victoire est finalement un juste retour des choses, même si elle n’arrange pas nos affaires. On attendra un peu avant de porter un jugement plus prononcé sur l’ALL, version 2010/11. Mais quelque chose nous dit que cette équipe aura son mot à dire dans la course au titre au sein de cette poule J. Même s’il faudra bien réaliser un exploit quelque part pour effacer ce faux-pas initial face à Illfurth. N’empêche, Lons semble sur la bonne voie. Enfin.