La victoire et… c’est tout !

21 novembre 2010    Catégorie(s) : Matchs Imprimer. Imprimer.

ASSM PFASTATT              56

GRIES/OBERHOFFEN 2  48

On savait que le BCGO 2 n’a jamais réussi aux « bleus ». On se doutait, du coup, que cette rencontre, à l’affiche lors de la 9e journée, prenait l’allure du match-piège par excellence. Bien vu, sur toute la ligne. Au final, l’ASSM peut s’estimer bien contente de l’avoir emporté. Le score ? 56-48 ! Pas besoin de vous faire un dessin…

William Boudjeddou a alterné le meilleur et le moins bon mais au final avec 12 points il est le meilleur marqueur du match. (Photo Jean-Laurent SOLTNER).

Il ne fallut guère longtemps pour comprendre que, cette fois, le public de la poly n’assisterait pas à un spectacle offensif comme cela avait été le cas lors des deux derniers matches à domicile. Julien Invernizzi – auteur d’un festival de tirs ratés : 3 sur 10 à deux points, 0 sur 2 à deux points et… 1 lancer-franc sur… 8 ! – donna d’entrée le ton et toute l’équipe suivit son exemple. Heureusement que les « verts » ne se montraient pas plus adroits. Du coup, les records tombaient les uns après les autres. Mais des records dans le mauvais sens, ceux du plus petit nombre de points marqués.

12-8 à la fin du premier quart, 25-16 à la mi-temps, 38-28 à l’issue du 3e quart : il faudrait fouiller dans les archives, mais, de prime abord, je n’ai pas souvenir de tels scores intermédiaires. A ce jeu, les « bleus », certes tout le temps au commandement à l’exception du 0-4 initial, demeuraient jusqu’au bout sous la menace d’un hold-up du BCGO 2. Encore heureux que du côté des « verts » quelques joueurs que l’on avait connus plus performants ratèrent aussi leur sortie. Et l’ASSM put ainsi signer son 5e succès de rang, toutes compétitions confondues.

On va tirer le frein à main au moment de nous lancer dans la critique de cette sortie des « bleus ». Ce n’est évidemment pas en jouant ainsi que notre équipe rattrapera le FCM qui a fait un (important) pas vers la N2 en dominant Saint-Dié dans son fief. Au fait, connaissez-vous la précédente équipe à s’être imposée à Joseph-Claudel ? Oullins Ste-Foy, le dernier champion de la poule J !

Mais au moment de nous en prendre à nos joueurs pour avoir produit un spectacle indigne de leur niveau, il me vient en mémoire le parcours de notre équipe lors de son accession en N2 il y a cinq ans. Je me souviens ainsi de quelques matches ternes à la poly et de l’une ou l’autre victoire au finish. Autre comparaison, cela s’était aussi produit à un moment où le leader, à l’époque Lons le Saunier, caracolait en tête grâce à un parcours sans faute. Pourtant, dans toute comparaison il y a un mais. Oui, en 2005/06, quelques-uns de nos succès, même à domicile, avaient été acquis dans la douleur. Mais, cette saison-là, notre équipe possédait dans ses rangs une assurance tous risques avec la présence de l’ex-pro Mathieu Sturm. Ce type de joueur fait cruellement défaut au sein de l’effectif actuel.

Notre équipe n’est pas encore écartée de la course au titre. A elle de prouver dans les matches à venir que la sortie de samedi soir fait partie de ces ratés que connaît tout club dans une saison. Mais, une chose est sûre : il faudra être plus performant pour éviter un faux-pas samedi à Sainte-Marguerite puis pour prendre le meilleur sur cette étonnante équipe d’’Illfurth en train de prendre ses aises dans le haut du tableau.

Les critiques, nous les ferons au moment opportun. Comment est-il possible que cette équipe puisse présenter un tel spectacle ? Cette question, il serait indispensable que chacun se la pose. Pour l’instant, notre conclusion sera celle d’un habitué de la poly en compagnie duquel j’ai quitté la salle samedi soir. « Je ne prends même plus de plaisir à voir notre équipe quand elle joue ainsi ! » me glissa-t-il à l’oreille. Je ne puis que lui répondre : « Je suis dans le même cas que toi ! »

C’est grave, Docteur ?

LA FICHE TECHNIQUE

ASSM PFASTATT – GRIES/OBERHOFFEN 2 56-48. Les quarts-temps : 12-8, 13-8 (25-16), 13-12 (38-28), 18-20. Arbitres : MM. Grand et Iltiss. 250 spectateurs.

PFASTATT : 17 paniers sur 58 tirs (29%), dont 2 sur 19 à trois points (11%), 20 LF sur 32 (63%), 22 fautes, 18 pertes de balle.

Boughedir 8 (4+0+4+4), Schlaeder 7 (3+0+0+4), Invernizzi 7 (0+2+2+3), Yatera 6 (2+0+3+1), Garnier 5 (0+2+3+0) puis Boudjeddou 12 (4+0+4+4), Gitta 9 (0+9+0+0), Schneider 2 (0+0+0+2), Willig 0.

GRIES/OBERHOFFEN 2 : 17 paniers sur 70 tirs (24%), dont 3 sur 24 à trois points (13%), 11 LF sur 18 (61%), 22 fautes, Schaeffer (36e’) et Kaboré (40e’) éliminés, 24 pertes de balle.

Kiefer 10 (0+0+6+4), Schaeffer (4+0+0+4), Kaboré 7 (0+1+2+4), Andlauer 5 (2+1+2+0), Villemin 0 puis Zimmer 6 (0+6+0+0), Krauth 6 (0+0+2+4), Hoernel 4 (2+0+0+2), Faullumel 2 (0+0+0+2), Gast 0