Les Bleus à quitte ou double

1 décembre 2017    Catégorie(s) : Matchs Imprimer. Imprimer.

Les joueurs de Jean-Luc Monschau reprennent le chemin du championnat par la réception de l’Union Sainte-Marie Metz, samedi soir (20h) à la salle polyvalente.

Notre photo: les supporters pfastattois espèrent que Johan Grebongo et ses partenaires sauront trouver l’ouverture pour renouer avec la victoire après deux revers de rang. (photo Jean-Laurent Soltner)

Après deux défaites de rang et deux semaines sans match, Quentin Diehl et ses coéquipiers renouent avec la compétition en accueillant l’Union Sainte-Marie Metz à la salle polyvalente. Si le revers face à l’ogre kaysersbergeois obéit à la logique, le second enregistré à Gennevilliers constitue une demi-surprise. « Compte tenu des blessures accumulées, on avait eu un parcours quasi idéal jusque-là. Nos ressources sont limitées et exploitées au maximum » résume un Jean-Luc Monschau qui se veut rassurant : « Dominés au rebond offensif, on a été privés de ballons et de jeu rapide. Mais tant qu’on défend bien, on restera dans le coup. Il n’y a pas péril en la demeure ». En effet, sur le plan comptable, la situation des Bleus est plutôt enviable puisqu’avec 7 victoires en 10 matches, ils occupent la deuxième place de la poule avant d’affronter un de leurs poursuivants. « C’est un match à quitte ou double qui nous permettra d’y voir clair » relève le technicien pfastattois « Soit on le gagne et on reste devant, soit on rentre dans le rang ».

L’Union Sainte-Marie Metz est née en 2008 d’une alliance entre le Metz BC et l’ASP Sainte-Marie-aux-Chênes ayant pour objectifs de constituer une équipe fanion performante et de dynamiser le basket dans le département mosellan. Promue en Nationale-2 en 2011, elle a réussi à pérenniser sa place à ce niveau malgré des moyens estimés limités par ses dirigeants. Après avoir frisé la correctionnelle la saison dernière dans la poule C en se sauvant sportivement lors de l’ultime journée, le club lorrain a décidé de se séparer du coach emblématique Eric Deschamps et de confier les rênes du groupe au tandem Philippe Ory – Miguel Calero avec pour mission de vivre une saison plus sereine. La grande majorité des joueurs ayant rempilé, l’intersaison a été calme. Aussi, le pivot monténégrin Bogdan Jovanovic (2,05m, 26 ans, ex-EOSL Angers N2) a été la seule recrue d’une équipe qui a récupéré Etienne Bébing, Gaël Tremsal, Mahamadou Doucouré et Luc Guerra, éloignés pour raisons diverses. Le pari s’est rapidement révélé gagnant puisque les Lorrains ont réalisé un très bon début de parcours, jusqu’à occuper une place de coleader à l’issue de la cinquième journée. Si trois défaites hors de leur base ont par la suite brisé leur élan, Mamédy Diawara et ses coéquipiers conservent un rang dans la partie haute du tableau. Sixièmes avec 6 victoires et 4 défaites, ils rejoindraient les Pfastattois en cas de victoire samedi.

Avec une nouvelle recrue

Les Mosellans se rendront à la salle polyvalente avec des ambitions. Déjà performants, ils ont changé de dimension en faisant signer la semaine dernière le meneur international franco-camérounais Aldo Curti (1,80m, 30 ans). Sans club depuis juin 2016, celui qui a disputé onze saisons au niveau professionnel dont un passage à Orléans (2007-2011) avec qui il a joué en Euroligue, s’entraînait avec l’Union depuis le début de la saison. Sur les bords de la Doller, on espère que Mario Porter, blessé six semaines, a mis à profit la trêve sans match pour retrouver ses sensations et que les bobos des meneurs Lucas Plasse et Zaïnoul Bah ne sont plus qu’un mauvais souvenir. L’équipe pfastattoise aura besoin de tous ses atouts pour renouer avec la victoire.

JL-S

ASSM Pfastatt – Union Sainte-Marie Metz, samedi 2 décembre (20h), salle polyvalente. Arbitres: MM. X. Obernesser et J. Thomas.

Les effectifs:

ASSM: Plasse, Uneau, Bah, Diehl (cap.), Grebongo, Minla’a Voundi, Willig, Taczanowski, Spinali, Minté, Porter, Ekembé, Soussi, Bertrand. Entraîneur: Monschau assisté de Minnig.

USMM: Stasiak, Stipanovic, Sy, Affa, Bébing, Tremsal, Diawara (cap.), Jean Joseph, Pivati, Curti, Guerra, Doucouré, Jovanovic, Taly. Entraîneur: Ory assisté de Calero.